Princesse de cleves rencontre avec le duc de nemours, la Princesse de Clèves

Toute la cour s'y rend mais la princesse de Clèves demande à son mari d'échapper à cela et de se rendre à leur maison de campagne, site de rencontre gratuit de femme asiatique en france à Coulommiers. Mais la Princesse perçoit le danger et refuse de plier aux questions de la Dauphine car la cour attise les passions mais les condamne en même temps.

Elle tombe amoureuse du duc de Nemours, mais leur amour serait illégitime, puisqu'elle est mariée. Le prince de Clèves devine que c'est le duc de Nemours qu'aime son épouse. Le duc de Nemours, fou de joie, révèle cette conversation au vidame de Chartres sous d'autres noms, sans dire que cette expérience est liée à lui.

Cette rencontre organisée comme un véritable coup de foudre n'est pourtant pas seulement due à eux mais aussi à un autre intervenant qu'est la cour. La cour joue donc un rôle décisif dans la rencontre entre les deux protagonistes.

La deuxième nuit, il essaie de nouveau de la voir, mais elle reste cloîtrée dans sa chambre. Madame de La Fayette, amie de monsieur de La Rochefoucauld, fréquente également les milieux jansénistes.

La Princesse de Clèves

Cette union irrésistible contre laquelle il est difficile de lutter est également suggérer dans l'alternance des points de vue. Madame de Clèves acheva de danser et, pendant qu'elle cherchait des yeux quelqu'un qu'elle avait dessein de prendre, le Roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Ignorant l'indiscrétion du duc de Nemours, ils s'accusent mutuellement d'être à l'origine de cette rumeur. Prise par une fièvre violente, elle frôle la mort, et, une fois remise, décide de passer une partie de l'année dans un couvent. Cet extrait met en place les lignes de force du roman tout entier.

La première tournure qui est une négation restrictive exclut dans la pensée de la Princesse que l'homme qui vient d'arriver au bal soit quelqu'un d'autre que le Duc, comme si elle l'attendait. Souhaitant revoir la princesse de Clèves, le duc de Nemours va retrouver le vidame de Chartres et lui avoue sa passion amoureuse. Comme les autres, la princesse dissimule, jouet de ses passions et de l'empire des apparences.

Madame de La Fayette dresse un portrait d'une cour emplie d'hypocrisie et de faux-semblants. Elle avoue à son mari qu'elle aime un autre homme mais ne mentionne pas de nom même si monsieur de Clèves la presse de le faire. Toutefois cet amour est montré sous un jour particulier. Lors d'un tournoi, le duc de Nemours est blessé, et ne se préoccupe que de Madame de Clèves, ce qui témoigne de sa passion pour elle.

Menu de navigation

Les deux figures principales du libertinage sont le duc de Nemours et le vidame de Chartres. De façon assez générale, ces valeurs reprennent celles qui sont modélisées par la Carte de Tendre. Les deux héros Le portrait des deux héros est somme toute assez ressemblant et assez commun. Cette réplique qui favorise l'énigme joue le jeu de la discussion de salon.

Les regards sont entièrement portés sur eux et ils retiennent l'attention de tous. Après un rapide tableau historique, Mme de La Fayette présente aux lecteurs un large panorama des figures importantes de la cour ainsi que les personnages principaux du roman.

Le texte a donc ménagé un certain suspens, en différant la rencontre de ces deux êtres. Pour cette première rencontre, on l'aura bien compris, les deux protagonistes sont les héros de ce bal. La rencontre se fait donc par effet de surprise, sans que l'un ou l'autre n'ait entrepris quoi que ce soit. Cette opposition des discours avec un personnage qui assume son admiration devant la cour et un autre qui refuse de la reconnaître posent les indices d'un amour perdu d'avance. Peu de temps après, un tournoi a lieu en l'honneur du mariage de Madame avec le roi d'Espagne.

La relation est déjà montrée comme impossible. Le Roi et les Reines se souvinrent qu'ils ne s'étaient jamais vu, et trouvèrent quelque chose de singulier de les voir danser ensemble sans se connaître. Celle-ci lui avait promis, ainsi qu'à monsieur d'Estouteville, de l'épouser en secret.

Elle est chargée de la réécrire avec le duc de Nemours, ce qui leur fait passer des heures exquises ensemble. Il est désespéré, mais sa passion s'éteint peu à peu avec les années. Le duc de Nemours comprend qu'elle l'a reconnu.

Le rapprochement qui s'opère, l'amour qui naît ne passe que par le regard. Cette exclusion marque déjà l'élection du Duc dans son coeur. Nous, lecteurs sentons cette vive tension qui anime leurs coeurs.

Au bout de dix jours, les médecins déclarent la maladie incurable, et le roi meurt. La cour va également dévoiler les mystères et les identités de chacun tout en perçant l'intimité de chacun des deux protagonistes. Elle décide alors de se retirer dans un couvent. Elle rend le jeu de salon en interrogations douteuses alors que le Duc avait réussi à faire l'inverse.